La Tour de l’horloge, 2020

Saint-Josse, sous la Tour de l’Horloge, il est bientôt 9 h du matin. Depuis la place du Nord, 32 secondes d’interruption suffisent à capturer le temps qui passe pour découvrir Bruxelles en capitale tandis qu’un cycliste sportif est en passe de croiser un quidam. Rien ne se passe et pourtant il est bien question de temps.

photographie de la Tour de l'horloge de la gare du nord à Bruxelles avec un passant et un cycliste. © 2020 Bruno D'Alimonte
La Tour de l’Horloge – Bruxelles © 2020 Bruno D’Alimonte

La gare du Nord de Bruxelles est une porte d’entrée en ville. Dessinée par les architectes Paul et Jacques Saintenoy, elle fût mise en service dans les années 50. Depuis, jonction ferroviaire Nord-Midi n’a pas tant évolué et reste un étranglement pour la mobilité des trains. Les défis futurs résideront en d’importants travaux qui, pour l’instant, sont toujours postposés.

La Peur, 2020

Est-ce bien l’endroit pour “faire l’autruche“?

À Bruxelles, le parc Léopold situé à deux pas du Parlement Européen est depuis 2016 habité par un troupeau d’autruches probablement en béton. Certaines, résolument craintives, ont la tête dans le sol.
Dessinées par le bureau d’architecture ixellois MSA, les autruches ont été réalisées par Concrete Styling. Officiellement, ces sculptures sont un clin d’œil au jardin zoologique qui y était basé jadis de 1851 à 1880.

Photographie d'une sculpture d'autruche qui a la tête dans le sol devant le Parlement Européen de Bruxelles. © photo :2020 Bruno D'Alimonte
La Peur © 2020 Bruno D’Alimonte

Cependant, on peut se demander dans quelle mesure ces sculptures d’oiseaux magnificents et craintifs n’interpellent pas le politique en général, ce bouc émissaire parfait, à qui l’on reproche souvent son détachement de la réalité quotidienne.

Plus généralement, alors qu’il est facile de viser des coupables, je pense que nous avons notre part de volatile dans ce zoo qu’est la vie où toute peur du changement ajoute bien un “frein à l’immobilisme“.

Camaraderie, 2020

Bruxelles, au cœur du square du Petit Sablon, la statue des comtes d’Egmont et de Horne est autant le symbole de la résistance à la tyrannie espagnole au XVIe siècle qu’une ode à la camaraderie ou à l’amitié.

 Photographie de la statue des comtes d'Egmont et de Horne de derrière et située dans le square du Petit Sablon à Bruxelles © 2020 Bruno D'Alimonte
Camaraderie © 2020 Bruno D’Alimonte

Touristique mais aussi patrimoniale, cette image positive peut refléter le sens social si caractéristique à la vie au centre de Bruxelles.