Le Parfum de Séduction, 2015

À Bruxelles, l’espace Gaucheret est une terre aromatique réputée pour les rencontres interlopes, animales et bureaucratiques.

Photographie de deux chiens blancs situés sur l'espace Gaucheret à Schaerbeek. Un des deux animaux renifle le derrière de l'autre dans un arrière-pla de tours de verre © 2015 Bruno D'Alimonte
Le Parfum de Séduction, © octobre 2015 Bruno D’Alimonte

Intrinsèquement attaché au quartier Nord et à celui des affaires, l’espace Gaucheret est un lopin de verdure à la frontière des tours de verre et d’un quartier populaire. Son aménagement progressif n’a pas été simple et il reste toujours connoté de «no man’s land».

Alors que milieu urbain semi-aseptisé contribue à véhiculer une certaine sympathie pour la nature, le lieu est aussi un prétexte pour instrumentaliser le meilleur ami de l’homme afin d’illustrer la séduction, la découverte de l’autre ou le désir comme thématiques.

L’image ne raconte pas l’issue de cette rencontre olfactive de nos deux chiens cocasses. La taille n’a pas d’importance n’est-il pas? Sauf que je me demande comment le plus petit parviendra à monter le plus grand.

Et si le cœur vous en dit, un sentier de grande randonnée GR y passe pour une visite pédestre et alternative de Bruxelles :

Bruxelles Chez Soi?

achetez un objet-design au contenu décalé fabriqué à Bruxelles

Seulement si vous avez du chien

Bestiaire, le prince des villes, 2012

photographie d'un coq qui traverse un sentier du parc Maximilien de Bruxelles où se trouve en arrière-plan un immeuble de logements sociaux. © 2012 Bruno D'ALIMONTE
Le prince des villes © 2012 Bruno D’Alimonte

L’histoire et l’aménagement du parc Maximilien est lié à la construction de près de 700 logements que l’on imagine derrière. Ils étaient destinés à recevoir les habitants de l’ancien quartier Nord.

En 2012, moment où la photo a été prise, le parc accueille la Ferme du Parc Maximilien, une véritable ferme au cœur de la Ville avec quelques évadés comme le témoigne ce coq capturé furtivement.

La Gare Josaphat en Friche, 2009

Schaerbeek, mai 2009, un wagon rouillé rappelle que le site présent était une gare de triage qui a fermé en 1994. Le terrain est alors sujet à de nombreux projets de réaffectation stratégique et de mobilité car le RER y passera aussi.

Acquis par la Société d’Aménagement Urbain (SAU) en 2006, les 24 hectares seront transformé en un quartier de ville mixte et durable, autour d’un espace vert public.

Vue panoramique de l'ancienne gare Josaphat à Schaerbeek avec un wagon abandonné © 2009 Bruno D'Alimonte
La gare Josaphat © 2009 Bruno D’Alimonte

En 2020, soit 14 ans plus tard, la gare désaffectée est rebaptisée “friche Josaphat” pour les besoins des défenseurs de la nature opposés à la réaffectation immobilière présentée.

Friche Josaphat à Schaerbeek Bruxelles © 2020 Bruno D'Alimonte
La friche Josaphat © mai 2020 Bruno D’Alimonte

Bruxelles Chez Soi