Mais où sont les voitures?

Alors que la STIB enregistre une baisse de fréquentation de plus de 40 % en 1 an depuis la pandémie, je me demande que sont devenues les voitures à Bruxelles? Tout le monde serait-il entrain de marcher ou de pédaler?

Avec une un arc-en -ciel en guise de passage pour piétons qui promeut l’inclusion LGBT, je trouve cette photographie en phase avec sa diversité et les politiques qui y sont menées. Les vélos à tout-va et les piétons nonchalants apportent une quiétude relative au cœur de l’Europe.

En même temps, cette image questionne une autre réalité : la voiture absente et pourtant encore si “capitale”.

Continuer la lecture de « Mais où sont les voitures? »

Les empêcheurs, 2017

Le panneau (E1) représenté par un rond bleu entouré d’un cercle rouge barré indique l’interdiction de stationner dans la rue où il se trouve.


En cette période de réchauffement climatique, j’entends parfois dire que le niveau de la mer va monter et que cela entraînera l’exode de la population côtière. Cela aura pour conséquence une plus forte densification urbaine. En d’autre termes de la place va manquer, il faudra partager l’espace ou réduire la population, c’est inexorable.

Continuer la lecture de « Les empêcheurs, 2017 »

Le Verre de la Tour, 2017

“Les verres d’eau ont les mêmes passions que les océans”

Victor Hugo

Bruxelles, durant une interview, depuis l’un des derniers étages de la tour Belfius, on parle de croissance économique et de redressement de la Finance basées sur les nouvelles technologies dans un jargon qui se veut simple et efficace. Ma concentration s’estompe et la distraction survient comme au jour du cours de religion quand j’étais à l’école.

Alors, au travers du verre à eau du banquier qui disserte, un mirage trouble apparaît comme une oasis au loin du désert, je vois la Tour des Finances de Belgique.

Le Verre de la Tour des Finances © 2017 Bruno D'Alimonte
Le Verre de la Tour des Finances © septembre 2017 Bruno D’Alimonte

Difficile de trouver meilleure symbolique pour évoquer une future “tempête dans un verre d’eau“, “se noyer dans un verre d’eau” mais quand on y pense, sans “naviguer en eau trouble”, les expressions sont nombreuses et les possibilités d’illustration,”claires comme de l’eau de roche“, “coulent de source“.

Alors si le monde de la finance vous donne “l’eau à la bouche“, je pense que cette photographie pourrait vous intéresser.

Bruxelles Chez Soi?

L’équilibriste et le Perchoir, 2020

Perché sur un élévateur rue du Grand Hospice, bombes de spray en mains, j’ai rencontré un jour Bozko en 2018 alors qu’il terminait sa fresque. Caractère trempé, il ne voulait par trop être photographié.

L’artiste est issu de l’académie des Beaux-Arts de Sofia et son projet est d’inspirer les quartiers par un imaginaire issu des comics aux ambiances un peu noires tout en restant conforme aux attentes d’une commande d’une ville.
Ses couleurs rayonnent lorsque la grisaille l’emporte.

Dans cet environnement, le diable se trouve dans les détails comme le dit l’adage. Et en y regardant bien, des antennes de télécommunications situées autour de l’immeuble sont cachées par la force graphique de la fresque.

Fresque du "street artist" Bozko située à deux pas de la place Saint Catherine de Bruxelles. Elle représente un personnage au crane rasé assis sur une balançoire qui semble suspendu.
Fresque de l’artiste BOZKO – © Juin 2020 Bruno D’Alimonte
Continuer la lecture de « L’équilibriste et le Perchoir, 2020 »