Les empêcheurs, 2017

Le panneau (E1) représenté par un rond bleu entouré d’un cercle rouge barré indique l’interdiction de stationner dans la rue où il se trouve.


En cette période de réchauffement climatique, j’entends parfois dire que le niveau de la mer va monter et que cela entraînera l’exode de la population côtière. Cela aura pour conséquence une plus forte densification urbaine. En d’autre termes de la place va manquer, il faudra partager l’espace ou réduire la population, c’est inexorable.

Continuer la lecture de « Les empêcheurs, 2017 »

Bruxelles à la campagne, 2020

Le lockdown vous a empêché de venir? Il vous faudra peut-être repenser le tourisme et/ou le travail.

Près de Sombreffe, un imaginaire kitch inspire une solution toute locale aux nostalgiques de la capitale. Laeken n’est pas loin au final et Bruxelles chez soi, c’est comme l’Atomium à Sombreffe ou le Manneken Pis à Durbuy.

photographie d'un pastiche d'Atomium situé dans la campagne près de Sombreffe © 2020 Bruno D'Alimonte
Bruxelles à la Campagne © juin 2020 Bruno D’Alimonte
Continuer la lecture de « Bruxelles à la campagne, 2020 »

La Peur, 2020

Est-ce bien l’endroit pour “faire l’autruche“?

À Bruxelles, le parc Léopold situé à deux pas du Parlement Européen est depuis 2016 habité par un troupeau d’autruches probablement en béton. Certaines, résolument craintives, ont la tête dans le sol.
Dessinées par le bureau d’architecture ixellois MSA, les autruches ont été réalisées par Concrete Styling. Officiellement, ces sculptures sont un clin d’œil au jardin zoologique qui y était basé jadis de 1851 à 1880.

Photographie d'une sculpture d'autruche qui a la tête dans le sol devant le Parlement Européen de Bruxelles. © photo :2020 Bruno D'Alimonte
La Peur © 2020 Bruno D’Alimonte

Cependant, on peut se demander dans quelle mesure ces sculptures d’oiseaux magnificents et craintifs n’interpellent pas le politique en général, ce bouc émissaire parfait, à qui l’on reproche souvent son détachement de la réalité quotidienne.

Plus généralement, alors qu’il est facile de viser des coupables, je pense que nous avons notre part de volatile dans ce zoo qu’est la vie où toute peur du changement ajoute bien un “frein à l’immobilisme“.

En cas d’urgence, 2020

Bruxelles 30 mai 2020, Schaerbeek, avenue Louis Bertrand.

Confiné comme le reste de la population, avec pour droit de sortie, la possibilité de m’aérer un peu, je profite de l’instant et découvre face au Stade Communal, une ambulance dépassée et atypique qui nous rappelle le numéro magique salvateur.

En cas d’urgence © mai 2020 Bruno D’ALIMONTE

Le 112 est le numéro de téléphone réservé aux appels d’urgence et valide dans l’ensemble de l’Union européenne.

Nous sommes dans l’attente que le pic viral ait atteint son sommet et que nous entamions bientôt une descente vers la normalité. L’ambulance rouge est là pour nous rappeler que les secours sont toujours présents, toujours en retard, toujours dépassés car, sans trop de moyens, on ne peut prévoir.

Alors, une peu fétichiste, j’ai besoin moi aussi d’être rassuré, de disposer de ma propre ambulance. Mon gri-gri ou amulette est d’un rouge photographique qui rend hommage aux combis Volkswagen et autres véhicules improbables qui nous emmènent “ailleurs”.

Bruxelles Chez Soi?