Une Ville Ouverte sans Sex Appeal – Novembre 2015

Comme un cri qui déchire

Ou un manifeste,  avec ces images de marginaux  qui sont autant de cris que de preuves que les justes sont devenus une denrée rare. On connaît à présent tous le problème de la précarité, il apparaît au centre mais aussi à tous les points cardinaux que nos yeux ouverts peuvent voir. On n’agirait pas?

expo Vincent Peal rue Borgval

rue Borgval Oct. 2015

C’est par hasard que je tombe sur ses images et sa mise en situation est vraiment déchirante.

Vincent Peal, s’expose en off avec une installation urbaine tel un hurlement en rue à deux pas des Halles Saint Géry, rue Borgval. Ici on est aux antipodes des images d’Épinal, du joli ou des quêtes formelles avec des tirages photographiques anoblis. On revient à l’essentiel pour une photographie utile dont la fonction saine est celle d’agir et même plus.

Parce que la folie n’est pas une infraction comme il y est indiqué, ce travail est encore une preuve qu’il ne suffit plus d’informer, il faut aussi instruire voir « marketter » ; à ne plus savoir que faire pour émouvoir.

Un travail audacieux qui sonne très juste entre le street Art et l’anarchie; en fermant les yeux on y entendrait presque Emma Peal…

 

Je terminerai par mentionner l’existence d’un livre aux éditions de juillet « Bruxelles Ville Ouverte« 

Bruxelles Ville Ouverte Ed. Juillet

Bruxelles Ville Ouverte Ed. Juillet

 

© novembre 2015 Bruno D'Alimonte
Thème: News Ref. , , |

« Retour